C’était comment la recyclerie créative en 2012 ?

L'univers de l'enfance sublimé…
19 février 2013
Ma Maison la plus originale de France
1 mars 2013

Année très contrastée en 2012, à la fois enthousiasmante et perturbante : la recyclerie créative a vu évoluer son volet social de manière très positive, notamment sur le quartier du Grand Parc : ouverture de la Boutique d’éco Solidaire, embauche de 2 salariés pour assurer une amplitude horaire quotidienne jusqu’au samedi. 3 657 paniers à 8,15 €, plus de 14 000 visites, prêt de 10 tonnes d’encombrants déposées sur place et plus de 10 tonnes collectées à domicile, plus de 12 tonnes retournées dans la consommation.

Les chiffres sont très encourageants au regard de la taille de la structure développée sur le Grand Parc. Il est heureux de constater qu’un tel dispositif au cœur d’un quartier sensible, permet de sensibiliser la population à une meilleure gestion de leurs encombrants. Les déchets des uns faisant concrètement le bonheur des autres, en circuit court localisé.

Ce contact quotidien avec les habitants, génère une animation positive pour le quartier et utile à ceux qui manque de moyens pour s’équiper. Dans cette logique, le curseur de réussite doit être placé sur le rôle social de la structure qui rend un

réel service d’intérêt général et pas sur l’économique… L’objectif étant de vendre à très bas coût ! C’est ainsi que nos salariés à la Boutique ont la compétence d’animatrices ressources et pas vendeuses au sens strict du terme. La confiance sur le prix des matières vendues est très impliquant pour les personnes qui déposent leurs encombrants. Elles doivent avoir la certitude que nous ne ferons pas de bénéfices financiers sur les objets ou mobiliers qu’ils déposent. Nous avons tout à fait réussi sur ce volet, au regard des tonnages d’apport volontaire en constante progression.

L’installation en fin d’année sur 1 200 m2, nous a procuré un outil de travail fonctionnel, dimensionné au besoin du territoire, tout en compliquant sérieusement le modèle économique de 2012. Néanmoins, dès l’ouverture sur la zone de Bacalan, le public s’est déplacé très nombreux lors des différents événements qui ont été organisés, confirmant une adhésion croissante des citoyens pour notre activité liée à la réutilisation d’objets et de mobilier. La valorisation artistique faisant valoir ses droits à sublimer l’inventivité et la créativité qui remporte un grand succès au showroom.

Si les fonds d’investissements n’ont pas pu être mobilisés sur ces premiers mois d’activités, la collecte de matières et la valorisation artistique, bénéficie d’un potentiel qui se confirme jour après jour. Avec 9 salariés, 7 créateurs en résidence et une quinzaine de bénévoles développant 3 équivalents temps plein, l’activité prospère sur des perspectives très encourageantes, produisant un potentiel de travail soutenu pour les plasticiens, ébénistes, décorateurs, designers, stylistes.

A l’approche des trois ans de la création de l’association, le modèle économique est encore à perfectionner, notamment si on se limite à ce seul champ d’évaluation pour juger de la réussite du concept. Néanmoins, la trentaine de citoyens engagés dans la production de nouveau modèle de société, travaille à démontrer qu’il est possible de substituer la croissance maximale par le bien-vivre pour tous, à l’origine d’une économie plurielle qui pourra envisager de donner une place à chacun.

Pour valider ces ambitions, nous devons financer les heures de travail d’intérêt général que nous exécutons dans le champ social et environnemental au service de la réduction des déchets produits et détruits… Nous devons mobiliser des initiatives qui pourront essaimer le modèle vertueux du Grand Parc… Nous devons toujours mieux communiquer pour mobiliser nos concitoyens… Nous devons nous adresser à la jeune génération et proposer des débouchés aux plus créatifs d’entre nous qui souhaitent valoriser des déchets… Nous devons toujours plus expliquer la démarche et évaluer auprès des bénéficiaires que nous sommes sur le chemin d’une transition sociétale, bénéfique pour l’environnement, générant des emplois verts, ancrés sur le territoire.

 

Fabrice ATELIER D'éco SOLIDAIRE
Fabrice ATELIER D'éco SOLIDAIRE
La Recyclerie créative de Bordeaux travaille pour répondre à ces problématiques. Elle est depuis 2010 un des leviers de l’innovation sociale, frugale et de proximité dans la réutilisation de matières, objets et mobilier dont les usagers veulent se débarrasser.

Laisser un commentaire