Laboratoire d'innovation

Comment passer d’une culture de la destruction systématique
à une économie circulaire et durable en
remettant les objets ou les matières devenus inutiles pour certains,
à la disposition de ceux qui sauront les utiliser ?
Quelles sont les solutions pour réduire notre production de déchets ?

La Recyclerie créative de Bordeaux travaille pour répondre à ces enjeux. Elle est depuis 2010 un des leviers de l’innovation sociale territoriale dans la réutilisation de matières, objets et mobilier dont les usagers, les entreprises et les collectivités veulent se débarrasser.

Par le travail croisé de salariés, de bénévoles de tous âges et de stagiaires de tous horizons, elle alimente une expérimentation concrète et prône un retour au « bon sens ». La recyclerie créative est à la fois un centre de récupération, de valorisation, de revente et d’éducation à l’environnement. Elle participe à une dynamique locale de création d’emplois, facilitant l’essor des métiers de l’artisanat, partageant les projets artistiques, faisant collaborer harmonieusement des femmes et des hommes de 17 à 77 ans, dans une ambition positivement soutenable.

L’objectif est d’agir concrètement sur la diminution de notre production de déchets, par la réutilisation et la sensibilisation. La réutilisation implique que les produits ou substances soient devenus des déchets, c’est à dire que l’utilisateur se soit défait de l’objet dont il n’avait plus besoin. La sensibilisation désigne toutes les actions visant à faire prendre conscience à divers publics de la nécessité de diminuer leur production individuelle de déchets et de s’engager dans de meilleures pratiques, notamment dans leur choix de consommation.

Le terme de recyclerie est employé comme nom générique de l’activité.Ressourcerie est une marque dont la propriété appartient au réseau national des Ressourceries. Les adhérents acceptent une charte appliquée par tous. L’appartenance à ce réseau dépend d’un cahier des charges, soulignant principalement trois critères : traçabilité du gisement de déchet traité (par pesée, caractérisation de la nature du déchet et identification informatique), collecte multi flux de déchets et l’animation d’actions de sensibilisation. L’ATELIER D’éco SOLIDAIRE est adhérent au Réseau des Ressourceries.

Une recyclerie a quatre fonctions : collecter, valoriser, vendre, sensibiliser. Il existe trois niveaux d’activités possibles pour une recyclerie : le simple nettoyage des objets récupérés et leur vente ; leur réparation ; leur transformation. L’originalité de l’ATELIER D’éco SOLIDAIRE vient de la valorisation créative du déchet.

Des créateurs optimisent la réutilisation des encombrants collectés, principalement pour créer du mobilier, objets ou luminaires. Ceci permet de majorer une forte valeur ajoutée afin de rémunérer les nombreuses heures de travail exécutées sur le gisement traité.

05 VIE ATELIER
113 VIE ATELIER

Installé sur deux lieux

L’association accueille le public sur deux lieux, l’atelier/showroom dans la zone d’activité Aliénor où travaillent les créateurs, faisant office de siège social, et la Boutique d’éco Solidaire située dans le quartier prioritaire de Bordeaux-Lac.

L’Atelier dispose d’un espace de transformation des déchets collectés, et de vente. C’est un lieu unique de travail et de rencontres. Divers profils y évoluent ; des salariés, des bénévoles de tous les âges, des stagiaires à différents niveaux d‘études ou d’orientation. L’ensemble est coaché par une équipe d’encadrants/fondateurs : Nathalie Kaïd, l’inspiration créative, et Fabrice Kaïd, l’entrepreneur, qui ont dirigé ensemble le magazine national MAISON créamania de 1997 à 2009. Ils ont vite été secondés par Véronique Dowling venue rejoindre le projet très tôt, ainsi que par plusieurs bénévoles séniors très actifs : Chantal Hubert, Micheline Menezzo, Evelyne Fortin, etc. Ensuite, Eleni Chailleux et Florian Lafite ont pris une place essentielle, avant d’assembler une équipe de salariés, en emploi pérenne, en parfaite osmose avec l’ambition collective dans une gouvernance cohérente d'un conseil d'administration visionnaire, présidé par Joackim Di Dio secondé par Armelle Delabarre et Etienne Dubernet.

Ce sont les harmonies collaboratives dans le travail qui donnent sa forme unique à la structure, aussi bien d’un point de vue social, qu’économique ou environnemental : 17 salariés, 44 bénévoles33 000 heures de travail en 2016, dont 9 937 en bénévolat.

La Boutique est installée dans un espace de vente d’objets d’usages, déposés par la population du quartier. La politique de prix a une forte vocation sociale, afin de rendre un service aux usagers dans leurs besoins en équipements, tout en les sensibilisant à de meilleures pratiques avec les déchets. La boutique n’a pas de modèle économique qui lui permet de couvrir toutes les charges sur les seules ressources autonomes, en particulier le loyer, l’objectif étant de garder la confiance des habitants avec des prix très bas. Les déchets des uns pouvant faire le bonheur ou l’emploi des autres ; c’est un choix audacieux qui oblige du partenariat public et privé, priorisant l’utilité sociale et environnementale, au résultat économique. Elle comprend la réduction des déchets, le lien d’adhésion, l’estime de soi, la communication engageante. Cette fonction par l’exemple est d’autant plus importante que c’est la population des quartiers qui a la plus mauvaise image des activités de réutilisation, selon une étude du CREDOC 2014.

Depuis sa création, la Boutique est devenu un lieu incontournable. Une relation de confiance existe avec les habitants. Le travail de sensibilisation et d’écoute de leurs attentes est mené à plein temps. Elle offre un espace d’échanges pour les plus isolés, les résidents évoquent un rôle de « fusible social ». Leur participation à cet écosystème impliquant pour les habitants, participe à générer de l’estime de soi en étant acteur du modèle.


Un modèle économique innovant, social et créatif

L’ATELIER D’éco SOLIDAIRE est ainsi un lieu d’échanges singulier, entre flux de déchets, sensibilisation environnementale, utilité sociale, insertion professionnelle, valorisation créative, échanges techniques et artistiques. Pour chacune des fonctions classiques d’une recyclerie, l’association progresse sur des synergies qui lui sont propres, dans le but d’expérimenter des innovations sociales, partenariales et territoriales. Plusieurs partenariats exemplaires ont été initiés, cherchant à créer des passerelles entre les entreprises « classiques » et l’économie sociale et solidaire, dans le but d’accélérer localement la transition vers une économie circulaire favorisant la prévention et le développement durable.

Cette communauté d’humains fédérés dans un grand projet produit une énergie collective qui place le travail comme valeur d’équilibre avec, pour certains, la forme salariale, et d’autres, l’engagement bénévole. Cet équilibre bienveillant des forces permet d’accompagner des publics en grandes difficultés psychologiques comme des Instituts Thérapeutiques Educatifs et Pédagogiques (ITEP) ou des résidents d’un foyer occupationnel.


1. Fonction Collecte

Trois types de collecte de déchets coexistent : la collecte sur rendez-vous chez les particuliers de toute la métropole bordelaise et l’apport volontaire sur nos sites, plus la récupération de rebuts de production chez des professionnels : chutes de bois de la société Adam qui fabrique de caisses de vin ; chutes de tissus divers chez Sportacademy, un fabricant de tenues sportives ; récupération de fûts de bière avec un café du centre-ville Utopia ou les bâches de communication de la Ville de Bordeaux.

Ceci permet à nos partenaires de diminuer leurs rejets de déchets, de sensibiliser leur personnel à cet engagement et aux créateurs de disposer de « matériaux récurrents » pour l’upcycling. La structure se place dans un processus de remise en condition favorable de personnes ayant des difficultés à trouver un emploi. Cette démarche a pour but de rebâtir leur confiance, ajouter des savoir-être, avant de pérenniser la fonction pour laquelle elles ont été recrutées.

Cette démarche de pérennisation des postes s’inscrit dans une logique d’élaboration d’une équipe de travail qui se fédère, s’apprécie, s’auto-motive afin d’accueillir des bénévoles dans des conditions apaisées et des personnes en grandes difficultés sociales ou psychologiques. Toutefois, tous les salariés sont issus d’un parcours d’insertion en CUI/CAE, lié à leur éligibilité par Pôle Emploi, en fonction de l’âge ou de leur antériorité dans le monde du travail (Emploi d’avenir, politique de la ville, immersion, droit commun, etc.). Cette démarche est un service important rendu aux usagers qui veulent s’inscrire dans une démarche préservante, sans avoir les moyens matériels de déposer à notre atelier. Pour les personnes âgées ou en difficulté, la collecte à domicile est vécue comme un soulagement. Pour sensibiliser le public à la charge de ce travail, nous demandons une participation de 11 €, correspondant au montant de l’adhésion.

145 tonnes de déchets collectés en 2016...

VIE ATELIER 82
BENNE

2. Fonction Valorisation

L’originalité de l’ATELIER D’éco SOLIDAIRE se trouve dans la valorisation créative. Une direction artistique permet de donner un cap à la production, les personnes au travail évoluant sous des statuts différents (salariés, bénévoles, stagiaires). Designers, ébénistes, plasticiens, peintres en décor, tapissières d’ameublement, couturière participent à valoriser les métiers de l’artisanat et de la création, permettant un retour dans la consommation d’un volume d’objets plus important. De plus, les productions exposées au showroom ou sur les réseaux sociaux, inspirent les usagers pour transformer eux-mêmes ce qu’ils possèdent ou acheter des objets et matières de seconde main, disponibles à la vente pour les customiser, initiative facilitée par les conseils prodigués.

Le recyclage a pris une importance croissante sur les volumes, en raison du rôle des éco organismes qui viennent en soutien des activités de collecte et des apports volontaires non réutilisables. Ce principe d’éco taxe sur le mobilier apparu en 2013. Il nous a permis de tisser un lien de collaboration important pour les meubles professionnels grâce à un partenariat efficace avec Valdélia. En effet, dès leur création, une personne dédiée à l’économie sociale et solidaire a pu engager le dialogue pour convenir d’un principe gagnant/gagnant qui rémunère notre fonction de réutilisation.

Ainsi, nous avons été sélectionnés pour Bordeaux comme point d’apport volontaire, ce qui permet aux entreprises pour des petits volumes, de venir sur nos heures d’ouverture afin de déposer leur mobilier. Nous faisons un écrémage de ce qui peut avoir une seconde vie, puis nous remplissons une benne de 30 m3 à disposition en extérieur. Notre fonction est valorisée financièremet sur le tonnage réemployé (ventes, dons, utilisation interne), sur l’occupation de la benne au sol et sur le temps de mise en benne. De plus, nous avons élaboré avec Valdélia une collaboration qui nous permet d’être en contact avec des entreprises qui ont des gros volumes de mobilier à évacuer. Ce contact nous permet de faire une expertise sur ce qui est réutilisable afin de collecter en pied d’immeuble, organiser une vente sur place ou contacter des associations pour venir prélever ce dont elles ont besoin. En complément de cette relation établie avec le détenteur, nous sommes à même de lui proposer de réserver une partie de son mobilier pour un aménagement personnalisé grâce à la valorisation créative. Cet incitation a pour but de le sensibiliser aux problématiques déchets. En allongeant la durée d’usage, l’entreprise a la possibilité de générer des valeurs positives afin de les utiliser pour une communication en interne et en externe.
06 VIE ATELIER
07 VIE ATELIER

3. Fonction Vente

L’impact économique de notre modèle fonde sa réussite sur la créativité, support à toutes les fonctions. Elle agit sur les ventes à des prix plus élevés pour les pièces transformées, rémunérant les heures de travail exécutées. La créativité est un vecteur d’attraction essentiel à notre relation avec les usagers. En complément, nous proposons un service d’aménagement d’espace auprès des professionnels et les pouvoirs publics. La vente à bas coût de petit mobilier, de jouets, de vêtements, de biens culturels ou de vaisselle à la Boutique d’éco Solidaire, facilite l’équipement de ménages défavorisés, mais aussi des citoyens engagés dans l’achat de seconde main. Les habitants réfléchissent à ne pas jeter ce qui pourrait être utile à d’autres. Ces apports génèrent une économie circulaire de proximité qui redonne à la monnaie sa fonction originelle, moyen structurant d’échanges de biens entre les personnes. Cette démarche est possible grâce à la confiance avec les particuliers d’une utilisation non lucrative des ressources produites sur les ventes. De nombreux clients professionnels issus du public et du privé ont été convaincus d’aménager leurs espaces d’accueil ou de détente avec du mobilier revalorisé.

Cette activité créative a une influence importante sur le chiffre d’affaires produit par la Recyclerie créative. Il s’agit d’une prestation de service complète, inscrite dans une démarche vertueuse, engageant tous les membres de l’association et des prestataires extérieurs que nous coordonnons. Ce service comprend la collecte des éléments d’ameublement précédents, un « coaching d’expression » pour que les commanditaires sachent formuler leurs besoins, la co-conception du nouvel espace avec les anciens éléments revalorisés et des ajouts éventuels de nouvelles pièces, la livraison et l’installation. Cette démarche singulière avec les entreprises participe à les impliquer dans des pratiques préservantes pour l’environnement et motiver leur action dans le champ de la responsabilité sociale. A destination des événements internes ou externes, nous disposons d’un petit catalogue de mobilier pour la location qui comprend principalement des assises en l’état ou transformées pour plus d’originalité.


4. Fonction Sensibilisation

La sensibilisation à la réduction des déchets est un enjeu majeur. A chacune des étapes, nos équipes échangent, dialoguent avec les citoyens ou professionnels chez qui nous collectons, transformons les espaces ou accueillons sur nos sites afin de les encourager à la réduction des déchets au quotidien. L’ATELIER D’éco SOLIDAIRE implique ses bénéficiaires et notamment les foyers modestes, qui sont les publics les plus éloignés des thématiques de la réutilisation des déchets. Nous intervenons sur le public scolaire pour des visites ou des actions sur plusieurs séances permettant de connaître, de faire et d’exposer les apprentissages. Sont concernés des écoles primaires ou des collèges, ainsi que des institutions accueillant des publics en situation de handicap. Cette expérience singulière créée des moments d’échanges forts, réenchantant les possibles en transformant des déchets.De nombreuses visites sont assurées pour présenter le concept de recyclerie/ressourcerie créative à des élus, des syndicats de traitement des déchets, des porteurs de projet, des délégations internationales afin de démonter la nécessité d’une compétence qui s’inscrit dans le sens de l’histoire. Les obligations légales, qui doivent être adaptées localement, sont d’atteindre une réduction de 7% des Déchets Ménagers et Assimilés sur la période 2014 – 2020, soit toute la production de déchets des ménages y compris celle déposée en déchèterie, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.

Or, nos fonctions participent à détourner un flux conséquent de la déchèterie. La maîtrise de la créativité que nous avons ajoutée aux fonctions de la recyclerie, génère une sollicitation au-delà des frontières de la métropole bordelaise. Cette innovation éveille l’intérêt des structures en activité, des collectivités et des porteurs de projets souhaitant s’inspirer du fonctionnement et identifier les enjeux d’une telle organisation.
Ce travail de sensibilisation est le plus complexe à générer des ressources. Il met pourtant en valeur notre territoire sur son modèle innovant et exemplaire d’économie circulaire. A l’occasion d’une rencontre avec une experte des projets Européens, nous avons élaboré une action en direction de la jeunesse entre 5 pays, représentés par 7 partenaires. Depuis janvier 2017 et pour 2 ans, ce projet Erasmus+ Jeunesse, basé sur la valorisation créative des matières et des personnes, associe à notre initiative des structures fédérant des jeunes (en difficulté, à risque de décrochage scolaire) en Irlande, en Grèce, en Espagne, au Maroc et en France.

interads824
MARCHE 04-2016-05

Vers un public très varié…

Avec le concours du Conseil Départemental de la Gironde, un programme a été élaboré à destination des élèves des Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (ITEP). 4 établissements sont concernés pour l’année 2016/2017. Cette action a obtenu en 2015 le premier prix régional et le deuxième prix national du Fonds Maïf pour l’éducation.
Nous sommes présents sur les événements et happenings dédiés aux thématiques dont nous nous sentons proches, Economie Sociale et Solidaire, innovation sociale, économie circulaire, transition énergétique et bien sûr prévention des déchets, aussi bien pour exposer que pour monter des ateliers de démonstration. Le modèle économique de ces interventions n’est pas toujours assuré.

Elles sont parfois le fruit de notre engagement, favorisant les rencontres, l’échange, le goût de l’implication dans une cause environnementale et sociale. Le simple passage des citoyens dans nos points d’accueil est incitatif par l’exemple aux mutations des habitudes de consommation du tout jetable. Nous créons nos propres événements, notamment sur le site de l’Atelier, avec le Marché des Créateurs Recycleurs sur lequel nous invitons 2 fois par an des créateurs issus d’autres horizons, pour qu’ils vendent bijoux, vêtements, sculptures, éléments de décoration, mobilier faits à partir de matières au rebut. C’est un temps fort pour les artistes du réemploi de la Gironde et des département limitrophes. Nous produisons des animations/expositions dans les lieux que les consommateurs fréquentent en grand nombre, comme les galeries marchandes d’hypermarchés ou sur l’espace public. .


De nombreux partenariats pour valider…

Nous sommes inscrits dans plusieurs réseaux pour travailler, échanger les bonnes pratiques, être le plus efficace possible dans nos objectifs de changement des comportements. Fort de notre action sur les rebuts de production de plusieurs entreprises bordelaises, nous sommes très impliqués au sein du Club des Entreprises de Bordeaux. Nous y tissons des liens entre ESS et « économie classique », menons des enquêtes sur la production de déchets des activités économiques de la Métropole Bordelaise, en encourageant le soutien aux meilleures solutions liées au développement durable. Le directeur de la recyclerie est vice-président de l’Atelier Développement Durable de ce Club.
Prônant une approche nouvelle à la fois de l’ESS et de l’entrepreneuriat, nous adhérons au Mouvement des Entrepreneurs Sociaux (MOUVES). Nous y encourageons les jeunes à l’entrepreneuriat social et participons aux événements du réseau comme le tour des solutions.
Membre du Réseau national des Ressourceries, nous relayons les expériences réussies en France et travaillons avec l’ADEME ou d’autres acteurs, associatifs, publics ou privés dans le cadre des plans de préventions des déchets.

Grâce à notre implication, l’amorce d’une dynamique régionale en Aquitaine, telle qu’elle existe en Picardie, PACA, Rhône-Alpes et Île de France est en cours de construction. Cette dynamique nous porte au contact de nombreux acteurs afin de co-construire des outils de consolidation des structures existantes, optimiser la couverture territoriale de nos compétences et faire connaître au plus grand nombre la qualité de nos fonctions. Cette dynamique régionale a un fort potentiel d’augmentation des tonnages de déchets réutilisés et réemployés sur l’ensemble du territoire Aquitain. Elle sera facilitatrice de réussite pour les porteurs de projet, publics ou privés. Elle mutualisera des outils et des savoir-faire pour enregistrer les flux (tonnages détournés, emplois créés, etc.) à destination d’un observatoire régional. Cette initiative disposera d’un socle de compétences pour générer une communication spécialisée et des événementiels à destination du grand public.

MATRICE SLIDE SITE 13
MATRICE SLIDE SITE 09

La communication engageante…


Nous sommes très actifs sur internet, en publiant en continu les retours de nos expériences et de nos actions :

Comme la créativité, la communication constitue les principes fondateurs des compétences de la structure. Inscrite dans le champ de la prévention pour convaincre un large public de réduire et de réutiliser plutôt que de jeter, la communication est le vecteur de tous les principes positifs de l’activité. La professionnalisation de ce poste, liée aux aptitudes des fondateurs, participe à diffuser à grande échelle des messages qui agissent efficacement pour la préservation de l’environnement. Au-delà de la diffusion efficace opérée dans les médias et les réseaux sociaux, la communication engageante prend en compte les échanges directs avec les visiteurs de nos lieux d’accueil.

Comme la créativité, la communication constitue les principes fondateurs des compétences de la structure. Inscrite dans le champ de la prévention pour convaincre un large public de réduire et de réutiliser plutôt que de jeter, la communication est le vecteur de tous les principes positifs de l’activité. La professionnalisation de ce poste, liée aux aptitudes des fondateurs, participe à diffuser à grande échelle des messages qui agissent efficacement pour la préservation de l’environnement. Au-delà de la diffusion efficace opérée dans les médias et les réseaux sociaux, la communication engageante prend en compte les échanges directs avec les visiteurs de nos lieux d’accueil.


Les outils numériques pour communiquer

Nous avons totalement refondu la présentation du site internet en 2017. Il publie une newsletter régulière sur un fichier qualifié de 3 670 personnes :
www.atelierdecosolidaire.com 

La page Facebook enregistre plus de 7 500 J’aime et près de 7 000 abonnés www.facebook.com/atelierdecosolidaire.
En complément, nous avons créé une communauté d’acheteurs prioritaires sur une page Facebook spéciale qui publie toutes les entrées journalières d’objets.Les autres réseaux s’ajoutent à la diffusion de nos informations en fonction de leurs spécialités : Twitter pour relayer les articles du blog, Pinterest comme référentiel d’images ou Instagram pour l’actualité d’images en direct et Viméo pour la chaine vidéo.

Nous publions les nouvelles créations du showroom sur une page Vivastreet. Pour compléter le mix média, nous adressons régulièrement des informations aux médias qui sont sensibles à notre activité pour évoquer les vertus de la réutilisation des déchets et de l’économie sociale et solidaire. Ainsi nous avons profité d’une visibilité au 20 h de TF1 et de divers reportages sur France 3, France 5, la chaine Numéro 23 et autres articles dans la presse écrite et les blogs internet. L’audience estimée en 2016 atteint près de 7 millions de personnes.


Essaimage les fonctions innovantes

Dans la phase d’analyse puis de création de l’organisation, nous avons compris que le parcours professionnel des fondateurs permettrait d’agréger des intelligences très complémentaires pour apporter de l’innovation dans les fonctions de la réutilisation des déchets. Ce postulat a nécessité d’organiser une veille sur toutes les évolutions identifiées au niveau national et international afin d’établir un champ de connaissance pertinent. En suivant, nous avons testé les innovations en mode expérimental pour être parfaitement réaliste sur l’opportunité de nos projets. C’est ainsi que nous avons pu comprendre et vérifier l’impact de la créativité pour attirer, puis créer une adhésion aux principes de la réutilisation. Cette créativité qui donne une nouvelle perspective positive à des objets a le même impact pour des personnes en insertion ou qui rencontrent des difficultés psychologiques. Nous avons ainsi la possibilité d’accompagner des programmes avec des publics complexes en leur donnant accès à la beauté et à la qualité, dans un processus actif de production de leurs mains. Cette immersion dans un système en mouvement, dit ordinaire, constitue une respiration constructive pour l’estime de soi. Cette force effective que nous relayons sur nos supports de diffusion, attire une nouvelle génération de structures qui veulent intégrer le processus créatif dans leur modèle. Une adaptation à des structures historiques est aussi étudiée ou déjà assimilée.
Dans un registre différent, nous avons modélisé une action en quartier prioritaire à fort impact social et environnemental, partant du principe que le déchet des uns fait le bonheur des autres. Cette expérience menée pendant plus de trois ans a révélé des atouts à différent niveau de lecture.

Les recycleries/boutiques de proximité en quartiers prioritaires donnent accès à des biens de seconde main en parfait état d’usage, à très bas coût. Elle propose aux habitants la possibilité de déposer ce dont ils n’ont plus besoin, les rendant acteurs d’un principe d’échanges qui participe à leur implication. Cet écosystème qui se crée sur des besoins collectifs rapproche les individus. Il concourt à augmenter l’estime de soi par le service rendu aux autres et à l’implication dans un projet d’intérêt collectif. Cette réalité porte une ambition à majorité féminine, ce qui n’est pas neutre dans les quartiers prioritaires, au regard de la place des femmes parfois minimaliste dans les lieux de vie.
Sur une surface de 140 m², c’est plus de 700 passages en caisse à moins de 2 € qui sont enregistrés par mois, représentant plus de 2 000 visites. Cet espace ouvert sur les principes d’une boutique, devient très vite un lieu d’attraction du quartier. Les personnes accèdent à une consommation responsable alors qu’ils en sont souvent exclus. Ces achats de livres, de vaisselle ou de vêtements, procurent aux habitants des petites satisfactions dans un quotidien qui n’est pas toujours positif, ce qui les rend réceptifs à des messages de prévention des déchets ou à des rencontres avec d’autres personnes avec lesquelles ils partagent la qualité et les fonctions du lieu.
Ce principe extrêmement encourageant, participe aux réflexions menées avec plusieurs partenaires privés ou publics pour un essaimage à d’autres quartiers politique de la ville de la métropole bordelaise et pourquoi pas dans toute la France.

MIND MAP 2016

Soutenu ou en réseau

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter